En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

L’intergénérationnel en entreprise

David Friszman, Scénariste, comédien et formateur à Théâtre à la Carte, explique pourquoi il a écrit la saynète Quand un Y manage un senior

Pourquoi t’intéresser à la diversité des âges en entreprise ?

Je suis naturellement curieux des comportements entre les générations. Étant moi-même père d’une fille de 20 ans et d’une autre de 16, J’ai un point de vue direct sur les perceptions et les attitudes différentes en fonction de nos générations. Des différences pas toujours faciles à comprendre. Je pense que c’est cette envie et ce besoin de comprendre qui m’ont amené à ce sujet, ainsi que la conscience de la rapidité des évolutions technologiques qui modifient à grande vitesse nos modes de vie.

Je me trouve à un carrefour de générations. Je fais partie de cette tranche d’âge qui ne connaissait ni internet, ni le téléphone portable, ni la rapidité et la facilité des moyens de transports et qui l’a intégré et a dû en faire un outil de travail. J’essaie de me mettre à la place de la génération précédente qui n’a pas eu ces outils à utiliser dans son travail, et aussi à la place de la génération suivante pour qui tout cela n’est pas un outil de travail, mais un mode de vie.

Pourquoi avoir écrit quand un y manage un senior et pas l’inverse ?

Bien sur il aurait été plus classique d’imaginer la situation d’un senior manageant un Y, mais la situation du Y qui manage un senior est une problématique qui se retrouve de plus en plus souvent sur le terrain. Les entreprises intègrent une nouvelle génération de manager ou font monter en compétence des personnes de cette génération.

Je m’étais retrouvé lors d’une formation que j’animais pour Théâtre à la Carte face à une jeune femme qui dirigeait un service dans une entreprise d’équipement auto et elle avait sous sa responsabilité des personnes plus âgées qu’elle. Nous avions parlé des difficultés qu’elle avait rencontrées et cette discussion m’a donné les clés de l’écriture de la scène.

De plus nous cherchons toujours lors de l’écriture de nos scénarios à créer ce fameux effet miroir permettant à nos spectateurs de s’identifier à la situation. Le ressort dramatique de choisir un Y manageant un senior et le fait que les deux personnages ne savaient pas trop quoi se dire au début de la saynète et apprenaient à se connaître permettait cette identification. L’essentiel étant que les relations et les différences d’approche des deux générations autour du monde du travail soit explicites.

Que penses-tu de la diversité des âges dans l’entreprise ? Quels bénéfices penses-tu qu’elle apporte ?

L’entreprise est un lieu de vie. Il est donc normal d’y retrouver des différences d’approche, d’opinion, de sensibilité.

Mais, la réussite d’une entreprise existe si elle parvient à fédérer les énergies et faire en sorte que les ressources humaines qui sont les siennes permettent une évolution bénéfique à tous. La différence est un atout dans l’entreprise parce qu’accepter la différence est un atout en général.

Les bénéfices d’une diversité des âges va être la possibilité de gérer les outils numériques, de développer les ambitions mais aussi de faire parler l’expérience et d’asseoir ses pratiques.

Néanmoins tout cela n’est possible que si une volonté de travail en commun est possible, et pour travailler ensemble il faut se comprendre.

C’est cet objectif que la saynète quand un y manage un senior poursuit.