Harcèlement moral : MACSF aborde le sujet auprès de son personnel

Comment prévenir et dédramatiser le harcèlement moral ?

Joël Poirat, Directeur des Ressources Humaines de MACSF – Mutuelle d’Assurance du Corps de Santé Français, revient sur notre collaboration à l’attention du personnel sur le thème de la prévention du harcèlement moral.

 

Monsieur Poirat, pourquoi avez-vous décidé de traiter le thème du harcèlement moral dans votre entreprise ?

Nous avons été confrontés en plusieurs occasions à des situations où le terme de harcèlement moral avait été utilisé, parfois un peu rapidement. Par ailleurs le vote de la loi de modernisation sociale nous invitait, selon nous, à travailler à la prévention de ce type de comportement au sein de l’entreprise. En découvrant l’approche proposée par Théâtre à la Carte, nous avons considéré qu’il s’agissait d’un moyen original et surtout efficace d’aborder le sujet. Il nous restait à voir la pièce “Harcèlement mutuel©”. C’est après que nous avons définitivement craqué.

Comment avez-vous amené le sujet auprès du personnel en amont de cette réunion ?

Lors d’un CHSCT extraordinaire, sur le thème de la dégradation des conditions de travail, les problèmes de relations difficiles entre certains collaborateurs ont été abordés. La direction (qui avait proposé l’organisation de cette réunion, suite à des sollicitations fortes des représentants du personnel) a présenté un certain nombre d’initiatives pour trouver des solutions. Parmi celles-ci l’organisation d’une soirée théâtrale autour de la pièce “Harcèlement mutuel©”.

Quelle a été sa réaction ?

S’agissant d’une soirée en dehors du cadre de travail, accessible sur invitation, adressée au domicile des collaborateurs, chacun était libre d’y participer. Nous avions également annoncé qu’un cocktail prolongerait la soirée. Dans ces conditions de liberté et de convivialité, nous n’avons pas constaté de réactions négatives.

Pourquoi avoir choisi le théâtre pour en parler ?

Nous ne nous sentions pas vraiment prêts à aborder l’Himalaya par la face Nord ! Le faire en s’adressant d’abord aux émotions de chacun nous semblait une meilleure méthode que d’organiser une conférence sur le sujet. Et puis, le théâtre était une bonne occasion de sortir du cadre du travail, ce qui traduisait aussi que le sujet n’est pas limité à l’univers professionnel.

Quelles ont été les réactions après notre intervention ?

La soirée s’est bien déroulée. Nous n’avions pas organisé de débat. Mais les gens sont restés longtemps après le spectacle pour échanger entre eux ainsi qu’avec les acteurs. Nous avons eu beaucoup de retours positifs sur la qualité artistique mais surtout sur la force de ce spectacle : notamment sur le fait que la notion de harcèlement existe dans tous les domaines ainsi que dans toutes les directions (ascendante, descendante, entre collègues). Enfin, la difficulté à prendre position sur l’existence d’un harcèlement a bien été perçue. Ce fut une expérience humaine riche. Il nous a donc été demandé de reprogrammer la pièce en province, pour les collaborateurs qui n’avaient pas pu profiter, la soirée s’étant déroulée à Paris.

Quelles suites donnerez-vous à cette réunion ?

Cette soirée s’inscrit dans une démarche globale visant à promouvoir (et parfois restaurer) des relations de qualité à l’intérieur du groupe MACSF. Nous nous appuierons donc sur cette réunion pour revenir de différentes façons sur le sujet.