En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

Deuxième semaine de la mixité à la SNCF du 9 au 13 mars 2015

Théâtre à la Carte est intervenu en écrivant une pièce interactive d'une heure sur le sujet de la mixité et de l'égalité professionnelle pour le compte de la SNCF, engagée de longue date dans la mixité et l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

Pour la 2eme année consécutive, la SNCF a organisé du 9 au 13 mars 2015 “La semaine de la mixité”. L’occasion pour l’entreprise de mettre en avant ses engagements en faveur de la mixité et de l’égalité professionnelle. La SNCF s’attache en effet à lutter contre toute forme de discrimination, à garantir l’égalité de traitement et des chances en matière de recrutement, d’accès à la formation, de promotion, de rémunération ou de gestion des parcours professionnels. C’est dans ce cadre que Théâtre à la Carte est intervenu au siège de la SNCF avec un spectalce interactif sur mesure.

Catherine Woronoff-Argaud, Responsable des partenariats diversité de la SNCF, raconte :

SNCF est de longue date engagée dans la mixité et l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Au-delà de la signature d’un accord avec les partenaires sociaux qui définit plusieurs mesures sur le sujet, nous souhaitons réaliser des actions de sensibilisation des collaborateurs sur le sujet. Dans ce cadre nous avons organisé une semaine de la mixité avec plusieurs actions dans toute la France, dont une intervention de Théâtre à la Carte au Siège de la SNCF.

L’objectif de cette intervention était de rentrer dans le sujet d’une manière moins conventionnelle, plus ludique et décalée car nous sommes persuadés que les messages passent mieux et sont plus marquants. L’intervention s’est faite au Siège de la SNCF dans un amphithéâtre avec plus de 100 personnes.

Nous avons choisi Théâtre à la Carte pour sa connaissance du sujet et sa longue expérience sur ce type d’interventions. Nous avons fait le choix d’avoir un scénario personnalisé à des situations SNCF pour renforcer le message et pouvoir utiliser l’enregistrement ensuite. En effet, nous avons fait le choix de filmer cette intervention pour pouvoir réutiliser des séquences auprès d’autres collaborateurs pour lancer le débat dans les équipes.

Nous avions pris aussi l’option d’avoir des temps d’échanges entre chaque saynète pour que les collaborateurs soient aussi actifs et qu’il y ait un partage des réflexions.

Les participants ont beaucoup apprécié cette intervention. Il y avait une majorité de femmes mais également pas mal d’hommes. Ils ont rient et partagé. Le seul bémol est que les participants étaient majoritairement convaincus de l’intérêt de la mixité des métiers et de l’égalité…

Merci à toute l’équipe de Théâtre à la Carte pour ce beau travail.

Jean Cartier, scénariste et comédien à Théâtre à la Carte, a écrit ce spectacle sur mesure pour la SNCF. Interview :

Quelle était la demande initiale du client ?

Pour la deuxième année, SNCF organisait la semaine de la mixité, avec des événements différents au fil de la semaine. Le jeudi, Théâtre à la Carte a été chargé d’écrire une pièce interactive d’une heure sur le sujet de la mixité et l’égalité professionnelle.

Quels étaient ses objectifs et dans quel contexte êtes-vous intervenus ?

On a parfois tendance à penser que le sexisme est réservé au terrain, que les paroles ou les actes misogynes se produisent davantage au sein des populations prolétaires. L’idée, en s’adressant à un public de cadres, était de montrer que ces comportements se retrouvent à tous les étages de la hiérarchie, même s’ils se manifestent différemment.

Historiquement, l’entreprise est plutôt masculine (du fait notamment de la force physique qu’il fallait il y a quelques années pour conduire les trains, les aiguiller, etc.), et de nombreux efforts sont faits depuis plusieurs années dans l’entreprise en faveur de la mixité. SNCF a d’ailleurs reçu le label AFNOR mixité égalité professionnelle, qui récompense ces efforts.

L’objectif était de sensibiliser à la mixité, aux petites choses du quotidien auxquelles on ne prête pas toujours attention mais qui vont à l’encontre de l’égalité, ou aux actes plus graves. Que chacun se rende compte qu’à son niveau il peut agir pour la mixité.

J’avais pour objectif également dans l’écriture de ne pas stigmatiser les hommes ni les rendre coupables de tout : la mixité est l’affaire de tous.

Quels ressorts as-tu choisi d’utiliser dans l’écriture du scénario ?

Le scénario retrace, grâce à plusieurs flashbacks, le parcours professionnel d’une femme au sein du groupe, depuis son embauche jusqu’à son poste actuel de cadre. On revit les entretiens avec le RH, les chefs, les collègues, etc. et les scènes à la maison, avec son mari. D’abord sur le terrain, puis dans les bureaux de direction.

En proposant un panel de personnages assez large, l’histoire permet au spectateur de s’identifier dans l’un ou l’autre et de constater les effets des dérives de son comportement. Je trouvais également intéressant de traiter l’aspect vie privée.

Les clients, en amont, ont interviewé un grand nombre de femmes travaillant dans le groupe à travers la France, pour obtenir des anecdotes, des phrases vécues, des situations concrètes réelles sur le sujet. Je les ai intégrées au scénario pour qu’il colle à la réalité.

En quoi consistait précisément votre intervention ?

Nous sommes arrivés le matin pour interpeller les employés du site dès leur arrivée au bureau. En nous faisant passer pour des enquêteurs, nous abordions des discussions autour du sujet de la diversité ; après quoi nous sommes passés dans les bureaux pour faire des apostrophes théâtrales : nous jouions des employés fictifs confrontés à des problèmes liés à la mixité (qui dans le couple garde les enfants malades ? pourquoi il n’y a pas plus de femmes dans les couloirs de cette entreprise ? etc.), et nous demandions aux employés (réels) de prendre parti au débat, afin toujours d’aborder le sujet.

Ces interventions permettaient de rappeler à chacun l’heure et le lieu du spectacle, et la représentation elle-même était une saynète entrecoupée de débats avec le public. Chacun pouvait s’exprimer sur ce qu’il venait de voir, les émotions des personnages, les solutions concrètes à la problématique évoquée, etc.

A chaud, quels ont été les retours des participants ?

Très bon accueil du public et des commanditaires du projet. Lors de l’écriture, j’avais un peu peur que les phrases qu’on m’avait demandé d’insérer soient trop caricaturales et desservent les saynètes, mais (malheureusement !) ce n’était pas du tout le cas. Les spectateurs ont été très participatifs, tellement d’ailleurs qu’on a un peu croqué le créneau imparti, ils ont été de retour au bureau avec quelques minutes de retard !