Comment communiquer sur votre démarche qualité et impliquer vos collaborateurs ?

Découvrez un cas pratique de sensibilisation à la sécurité

Bruno Bachot, scénariste, concepteur et comédien, répond à quelques-unes de nos questions, à propos d’une nouvelle intervention en matière de qualité et sécurité professionnelle.

Bruno, pour un client du secteur agroalimentaire, tu as conçu une sensibilisation aux problématiques QHSE sur mesure à destination de l’ensemble des salariés. Pourquoi, selon toi, la santé et la sécurité professionnelle sont-elles au cœur des préoccupations des entreprises aujourd’hui ?
La santé et la sécurité sont des objectifs prioritaires pour les entreprises d’aujourd’hui et ce, pour plusieurs raisons. De bons résultats dans ces domaines démontrent un certain professionnalisme qui rassure les partenaires économiques ainsi que les clients.
A cela s’ajoute la notion de bien-être au travail. Les salariés se sentent rassurés quand ils savent que tout est mis en œuvre pour préserver leur intégrité physique.

Pour ce projet, quelle a été la demande précise du client, en matière d’objectifs ? Quelles solutions Théâtre à la Carte a proposé de mettre en œuvre ?
Le premier objectif de cette journée des “Bonnes Pratiques QHSE” était de proposer une démarche innovante, originale et plus impliquante que les années précédentes. Il fallait sortir du sacro-saint discours d’accueil et du parcours entre différents stands thématiques.
La chargée de projet Sophie Appremont et moi-même avons donc proposé d’organiser une représentation théâtrale sur mesure, illustrant la vie des salariés dans l’usine. Cette représentation était ponctuée de séquences interactives durant lesquelles nous sollicitions l’avis du public pour faire émerger les bonnes pratiques QHSE.

Plus précisément, comment souhaitait-il traiter la thématique de la qualité ?
La qualité a été abordée sous deux angles : l’aspect produit et l’aspect contamination microbiologique.

L’aspect “produit” concerne les étapes de fabrication, les points de contrôle, les process qui garantissent le goût, la texture, le poids, la dimension… tout ce qui fait qu’un produit est toujours le même et qu’il ne déçoit pas le consommateur.

L’aspect “contamination microbiologique” fait référence aux points de contrôle critique et à la démarche HACCP (Hazard AnalysisCritical Control Points) visant à garantir au consommateur que le produit est sain. Tout ceci afin d’éviter les impacts sociaux et économiques en cas de médiatisation d’une contamination, avec les conséquences que cela peut avoir sur l’emploi.

En quoi vont consister les séquences interactives ?
La saynète théâtrale provoque un effet miroir. Les séquences interactives sont là pour mettre les spectateurs face une situation du quotidien avec leurs acquis, leurs savoirs, leurs idées reçues et parfois leurs contradictions.

Quels sont, selon toi, les atouts des comédiens de Théâtre à la Carte pour animer une telle séquence ? Quel est l’impact d’un spectacle interactif ?
Le comédien de Théâtre à la Carte n’est en aucun cas “la voix du plafond”. Il ne juge pas. Il représente un individu démuni face à une situation professionnelle que les spectateurs eux connaissent bien. En posant des questions simples, en jouant le candide, en sollicitant l’aide des “vrais” professionnels présents dans le public, le comédien fait alors ressortir des bonnes pratiques. Leur force vient du fait qu’elles émergent non pas du cerveau d’un consultant extérieur, mais du collectif, qui se les approprie beaucoup plus facilement.

Plus globalement, comment le théâtre permet-il d’aborder ces sujets QSSE et d’agir concrètement sur les comportements à risques ?
Pour lutter contre les mauvaises pratiques QSE ou autres, il n’y a que l’action qui vaille ! On peut faire des discours de 3 heures, éditer des brochures ou autre, on n’obtient pas de résultats pérennes sans l’investissement des populations concernées.

Ainsi, toute formation sécurité commence par le port des EPI. Pourquoi parlez d’autre chose tant que les gestes de base ne sont pas acquis ? En rendant les spectateurs “acteurs” des bonnes pratiques QSE, on les sort de la léthargie et on leur donne les clés pour changer de comportement. Les séquences interactives contribuent à cette prise de conscience. On passe encore au stade supérieur dans le cas de spectacles avec des “collaborateurs – acteurs”. La preuve en est, j’ai arrêté de téléphoner au volant depuis que je joue le spectacle prêt à jouer  “En route pour la sécurité“.