Comédie musicale : un spectacle musical sur mesure pour fédérer vos publics !

Découvrez l'impact du théâtre musical pour renforcer la dimension fédératrice d'un événement et faire passer des messages forts.

Hélène Deregnier et Francis Boulogne, concepteurs scénaristes, nous éclairent sur l’impact du théâtre musical et vantent les atouts de cette forme de comédie musicale.

Pouvez-vous nous dire, en quoi la comédie musicale ou plus précisément, le théâtre musical, “façon Théâtre à la Carte”, peut-il être un outil de cohésion d’équipe ?
Francis : La musique apporte et renforce la dimension fédératrice d’un événement. Les chansons utilisées sont connues et reconnues de tous, mais là, les paroles surprennent et interpellent le public qui reçoit des messages forts.
A titre personnel, j’utilise et préconise la musique, autant que faire se peut, mais prioritairement lors de célébrations festives comme les anniversaires, remises de prix, vœux, etc. Ces contextes justifient plus facilement, aux yeux des clients, d’inclure un musicien dans le projet.

Hélène : C’est aussi un outil de cohésion d’équipe quand on fait chanter les collaborateurs lors d’un spectacle de collaborateurs acteurs. Car chanter en groupe demande des répétitions, de l’écoute et de la rigueur, tout cela dans une ambiance décontractée et conviviale. Sans compter le travail de « chorégraphie » !
Cela crée également une vraie cohésion d’équipe avec le public lorsque les comédiens l’invitent à reprendre une des chansons (généralement la chanson finale) en projetant les paroles.

Quel est le processus de création d’une comédie musicale ?
Hélène : Comme pour une écriture de saynète, on demande d’abord au client quel(s) message(s) il souhaite faire passer. Je peux éventuellement lui proposer quelques chansons connues qui colleraient au thème choisi (par exemple « Comme d’habitude » pour le thème de le gestion des mails). Souvent, le client me donne carte blanche quant au choix des chansons. Il valide ensuite les textes et les chansons par écrit, puis lors de la répétition générale avec le musicien.

Francis : Je choisis les chansons en fonction de l’état dans lequel nous avons placé les personnages qui vont les interpréter. Une chanson, à l’origine légère et porteuse d’espoir ou d’allégresse, sera ma base d’écriture si le personnage est dans cet état à ce moment-là. En revanche, un personnage désabusé s’exprimera sur une chanson moins positive. Ça, c’est pour la règle de base. Un contraste fort peut cependant provoquer des réactions intéressantes, à contre courant. Ensuite, je respecte les sonorités de la chanson originale, le phrasé, le nombre de pieds… Chaque rime est alors une surprise attendue. L’objectif de la construction est que le parallèle soit le plus efficace possible, et marque davantage les esprits.

Peut-on faire passer des messages de fond à travers une comédie musicale ?
Hélène : Bien sûr ! C’est même parfois plus facile de « chanter » un dysfonctionnement que de le dire. Cela permet de passer les messages d’une façon plus légère tout en marquant les esprits.

Francis : Je me souviens d’un cas où les commerciaux devaient faire face à l’agressivité concurrentielle basée exclusivement sur les prix, et non pas sur les prestations. Pour charmer le personnage-prospect, j’avais utilisé une chanson de notre Johnny national, rendue sirupeuse et charmeuse pour l’occasion. « Retiens la nuit », est ainsi devenue « Retiens le prix », le reste de la chanson déclinait tous les pseudo-avantages, sur lesquels les commerciaux travaillaient leurs argumentaires. Le message est bien passé et ils ont chanté ce refrain réadapté pendant tout le séminaire !

Autre illustration, lorsqu’un personnage peu populaire (huissier, responsable des achats, auditeur…) chante « Mal aimé, je suis le mal aimé » de Claude François, nous sommes tout de suite dans le sujet. Reste ensuite à décliner les raisons de ces états d’âmes, mais nous sommes très vite au cœur de l’énergie émotionnelle du personnage.

Que ressentent les spectateurs ? Quel genre de réactions rencontrez-vous lorsque vous jouez une comédie musicale en entreprise ?
Hélène : Des rires souvent (par exemple « La salsa du démon » pour illustrer une maladie). Mais souvent, aussi des moments d’émotion quand on évoque le mal-être d’un personnage ou quand on chante les faits marquants d’une entreprise pour un anniversaire par exemple. Frissons garantis !

Francis : La musique suscite l’adhésion immédiate. Un spectacle musical place le niveau de la prestation un cran au-dessus.
Pour le spectateur, les messages sont là, le texte et ce décalage que nous faisons dans tous nos scénarios Théâtre à la Carte, la prestation des comédiens… Mais là, la performance va plus loin encore. Il ne s’agit pas d’un exercice de démonstration des multiples talents de nos artistes. Nous pouvons nous permettre d’explorer des ressorts émotionnels sur une autre forme et un autre rythme que le théâtre. Un personnage peut exprimer une allégresse démesurée sur un air porteur, ou des doutes quant à son avenir, sur une mélodie plus sombre, et en quelques phrases. La musique, la couleur musicale, renforcent, amplifient cet état.
Le personnage ne trouvant plus les mots pour le dire, le chantera.
En termes d’écriture, mes personnages passent plus rapidement d’un état à un autre, et plus naturellement puisque nous sommes dans un registre codifié différemment.
Si, comme nous le rappelons à nos clients, le théâtre touche à l’émotionnel, le théâtre musical lui ajoute un rythme intérieur que le spectateur s’approprie par sa propre connaissance des mélodies utilisées.
Les spectacles que j’ai eu le plus de plaisir à écrire, que j’ai le plus revendiqués, qui ont déclenché le plus d’ovations des publics étaient musicaux. Ils procurent beaucoup de bonheur, et sur scène, et dans les salles.

Hélène et Francis : On attend la prochaine proposition avec impatience et enthousiasme !