SEEPH 2016 : du 14 au 20 novembre

En 2016 aura lieu la 20ème édition de la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées. La SEEPH créée par l’ADAPT existe depuis 1997 et se décline en actions régionales et européennes.

Cet enjeu de société concerne 2,5 millions de personnes (en âge de travailler, ce nombre était de 1,8 en 2011). En France, cette année il y aura notamment le 10 novembre un événement institutionnel européen à Paris, le 14 novembre la journée d’ouverture à Paris et du 12 au 20 novembre des actions de sensibilisation d’emploi réalisées par l’ADAPT et son réseau de partenaires.

Cette semaine est l’occasion idéale pour sensibiliser vos collaborateurs à cette question du handicap. Comment recruter, intégrer et manager le handicap au travail ? C’est un enjeu de société mais aussi de cohésion sociale et de performance de l’entreprise.

De grandes difficultés pour accéder à l’emploi

Le bilan 2015 de l’Agefiph, l’organisme en charge de l’insertion des personnes handicapée parle de lui même : leur taux de chômage a enregistré une hausse constante ces dernières années, deux fois plus rapide que celle qui touche l’ensemble des Français. 461 924 handicapés cherchaient un emploi en mars 2015 ; plus d’un sur quatre sont sans emploi. Une légère augmentation de 4% des recrutements au premier trimestre 2015, dont 60% en contrat long donne un espoir.

Une obligation légale et pourtant… 

En 2012, 100 300 établissements étaient assujettis à l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés. On recensait 361 700 travailleurs handicapés dans ces établissements.

La mauvaise santé des entreprises et les discriminations à l’embauche sont parmi les facteurs principaux pour expliquer les difficultés des personnes handicapées à trouver du travail. Il y a aussi le manque de formation : 75% des chômeurs handicapés ont un niveau de diplôme inférieur au bac, contre 56% pour la population générale.

Malheureusement comme le rappelle Eric Blanchet directeur de l’association l’Adapt : “Tant que l’on ne s’attaquera pas à l’accès des personnes handicapées à l’éducation et à la formation, les débats sur l’insertion professionnelle resteront très théoriques“. Il y a donc urgence à prendre le problème plus en amont en n’oubliant pas aussi que le handicap comme par exemple les maladies invalidantes peuvent venir avec l’âge. 46% des demandeurs d’emploi handicapés ont plus de 50 ans. Or cette tranche d’âge fait partie des personnes qui ont le plus de difficultés à se faire embaucher.

Les chiffres parlent mais les entreprises, font-elles l’effort d’embaucher? Celles de plus de 20 salariés ont l’obligation d’embaucher 6% de personnes handicapées dans leurs effectifs. Seul 27% des entreprises respectent en fait leur obligation par l’emploi direct. 40% ont recruté au moins un salarié handicapé ou font appel à la sous-traitance. 22% ne font travailler aucune personne handicapée.

Chiffres-cles-SEEPH

Les résultats ne sont pas concluants également dans la fonction publique. Au 1er janvier 2013, 10 596 employeurs publics soumis à l’obligation d’emploi de personnes handicapées ont effectué leur déclaration auprès du FIPHFP. Ces employeurs comptaient à cette date 209 909 travailleurs en situation de handicap (+5,6 % en un an) dans leurs effectifs, avec une répartition de 34 % pour l’Etat, les établissements publics nationaux, les organismes consulaires (FPE et divers), 24 % pour la fonction publique hospitalière (FPH) et 42 % pour la fonction publique territoriale (FPT).

chiffres+clés+mai+2015-5

Ces chiffres parlent d’eux-mêmes, il faut trouver des solutions pour alléger les tabous, faire de l’intégration du handicap dans l’entreprise un fait plus normalisé. Les différents acteurs comme les associations avancent des solutions comme l’apprentissage pour permettre de palier le manque de formation et lever les réticences sans forcément contraindre l’entreprise avec un emploi à temps complet et indéterminé dès la première prise de contact. Peut-être une solution  pour freiner les aprioris ? Autour de 1377 et 660 contrats de professionnalisation et d’apprentissage ont été signés en 2015.  Les entreprises répondent donc plutôt positivement à cette idée !

D’autres enjeux apparaissent également dans la carrière des salariés : maintenir un salarié qui développe un handicap en poste plus tardivement. Dans cette configuration on assiste à d’autres problématiques comme faire connaître leur handicap ou encore trouver des aménagements de poste ou changements d’affectation et tout simplement que le salarié et ses collègues intègrent ce changement sans trop de dégâts… En définitive, en changeant les mentalités, en sensibilisant et en facilitant l’arrivée du handicap dans le monde du travail, l’entreprise gagnera en productivité et en diversité ! Des initiatives et des solutions émergent ou sont là, alors qu’attendons-nous pour unir les collaborateurs et managers dans ce qui peut-être un projet d’entreprise ?