DISCRIMINATIONS, SEXISME, HARCÈLEMENT AU TRAVAIL : COMMENT RESTER ATTENTIF PENDANT LA CRISE

Le 13ème baromètre de la perception des discriminations dans l’emploi* vient de paraître et il souligne les répercussions qu’elles peuvent avoir sur les parcours professionnel et personnel. 41% des personnes actives en France ont ainsi déclaré avoir été victimes d’au moins un propos ou comportement sexiste, homophobe, raciste, lié à l’état de santé, au handicap ou encore à la religion dans le cadre de leur travail.

En parallèle, le mouvement #metoo a contribué à libérer la parole, se traduisant par une augmentation des contentieux en matière de harcèlement sexuel et d’agissements sexistes en entreprise. Toutefois, bien que les remontées de tels actes soient favorisées, les employeurs se sentent souvent démunis pour réagir efficacement.

Les efforts et actions mis en œuvre en matière de harcèlement, sexisme et discrimination ne doivent donc pas être relâchés, et encore moins s’interrompre sous prétexte de crise sanitaire ou de travail à distance.

*Baromètre mené par l’OIT et la Défenseuse des droits et publié mardi 1er décembre 2020`

Plus de 4 personnes actives sur 10
ont été témoins de discrimination(s) ou de harcèlement discriminatoire dans le cadre de leurs activités professionnelles

46% des personnes actives
ayant déclaré avoir été victimes de discriminations ont connu des conséquences négatives sur leur emploi (licenciement, mutation, non renouvellement de contrat, avertissement)

49% d’entre elles
évoquent un sentiment de fatigue, de tristesse, de déprime ou une dégradation de l’état de santé

J’accède à l’intégralité du baromètre

QUELS RÔLES POUR LE RÉFÉRENT HARCÈLEMENT SEXUEL
ET AGISSEMENTS SEXISTES EN ENTREPRISE ?

Depuis le 1er janvier 2019, toute entreprise, quel que soit son effectif, doit désigner un référent harcèlement sexuel et agissement sexiste, dont le rôle consiste à :

INFORMER : la mission est de répondre à toutes les questions que peuvent se poser les salariés en matière de harcèlement sexuel et d’agissements sexiste. Et ce, aussi bien s’ils en sont victimes que témoins. Le référent pourra également  informer le ou les responsables hiérarchiques des salariés concernés.

ORIENTER les salariés en réalisant en répondant aux interrogations de l’ensemble de l’écosystème de l’entreprise et en les guidant

ACCOMPAGNER en mettant en place des mesures de prévention et en aidant les victimes de harcèlement à constituer leur dossier et à faire valoir leurs droits..