En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

Une leçon de bientraitance au Centre Henri Becquerel

Comment parler de respect et dignité à l'hôpital ?

Théâtre à la Carte est intervenu au Centre Henri Becquerel à Rouen. Durant 2 jours, nos comédiens formateurs ont travaillé avec les équipes hospitalières sur les notions de respect et de dignité des personnes.

Entretien avec Nathalie LE MOAL, Directrice des soins.

Nathalie LE MOAL, pourquoi avoir choisi de réfléchir sur les notions de respect et de dignité des personnes ? Quels objectifs visiez-vous ?

Tout est parti de la démarche Qualité appliquée aux établissements de santé et de la Haute Autorité de Santé (HAS) qui, dans une référence se nommant « la bientraitance », nous demande de répondre au critère suivant : « le respect de la dignité et de l’intimité du patient ». Sous l’impulsion du groupe de réflexion éthique interne, nous avons souhaité approfondir cette notion, interviewer des professionnels et des patients sur le respect de la dignité des personnes prises en charge dans notre établissement. Nous avons pensé que nous avions là une belle opportunité de toujours améliorer notre fonctionnement.

Que vous ont apporté ces 2 jours de formation ? Qu’est-ce que l’outil « théâtre » a amené de plus ?

Avec la matière fournie par notre étude sur le respect de la dignité et avec Théâtre à la Carte, nous avions 3 objectifs : sensibiliser les personnels au respect de la dignité du patient, leur donner des outils de communication et les entraîner à mieux gérer des situations difficiles où la dignité des personnes peut être mise à mal. L’outil « théâtre » permet une approche différente, avec des mises en situation des professionnels, qui ont participé activement à des saynètes criantes de vérité sur le ressenti du patient. L’appropriation est, avec cette méthode, plus importante à mon avis.

On parle beaucoup de la confiance entre les médecins et leurs patients. Mais celle qui existe au sein même de les équipes médicales et soignantes est-elle aussi importante ?

Oui, comme entre les médecins et leurs patients, la relation de confiance entre les équipes médicales et soignantes est fondamentale. Les professionnels donnent le meilleur d’eux-mêmes dans un climat de confiance et les patients ressentent et apprécient ces rapports sereins au sein des équipes. Cela apporte une meilleure qualité de soin.

Respect, confiance… Ces mots font appel à la notion de bientraitance. Quelle définition y donneriez-vous ?

Ce concept nouveau, développé par la Haute Autorité de Santé, gagne du terrain dans les établissements sanitaires. La situation de vulnérabilité, voire de dépendance constitue une situation à risque de maltraitance. La posture professionnelle de bientraitance est une manière d’être, d’agir et de dire, soucieuse de l’autre, réactive à ses besoins et à ses demandes, respectueuse de ses choix et de ses refus. Nous en avons fait une valeur institutionnelle, reprise dans le projet médical et le projet de soins de notre établissement.