En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

La CAF de Lyon prévient le stress au travail

Comment gérer le stress au travail quand on est manager ?

La Caisse d’Allocations Familiales de Lyon a organisé un séminaire managérial à destination de ses cadres sur le thème du stress au travail et a décidé de présenter la pièce intitulée : « On ne badine pas avec le stress « . Mme Véronique Henri-Bougreau répond à quelques questions, suite à notre collaboration.

Madame Henri Bougreau, quels étaient vos objectifs à atteindre au cours de ce séminaire managérial ?

Ce séminaire a traditionnellement deux finalités :

  • Informer nos collaborateurs de l’actualité institutionnelle nationale et de ses déclinaisons locales
  • Fédérer les cadres autour de projets locaux dépassant les possibles cloisonnements quotidiens entre les services

Cette année, le contexte était un peu particulier puisque la CAF de Lyon a vécu un conflit social de plusieurs semaines à l’hiver dernier, conflit portant essentiellement sur des revendications salariales mais conflit lié également à une augmentation de la charge de travail de l’ensemble des secteurs de l’organisme.

Le protocole de sortie de grève prévoyait, entre autres, une étude participative sur l’organisation et les conditions de travail.

Par ailleurs, la Caisse Nationale des Allocations Familiales a conduit en janvier 2008 une enquête auprès de l’ensemble des salariés de la branche famille, portant sur la Vie au travail (conditions de travail, rémunération, perspectives d’évolution professionnelle, formation, …). Les résultats locaux ont été fournis aux organismes à l’été 2008 et il convenait donc, auprès des managers :

  • 1) de présenter les modalités de l’étude participative sur les conditions de travail en lien avec le consultant extérieur retenu et de préciser le positionnement des cadres au sein de ce processus
  • 2) de présenter les résultats locaux de l’enquête salariés Vie au travail qui aborde notamment les questions de charge de travail et de stress.

Après cette matinée de présentation, l’objectif était, à travers la représentation du spectacle « On ne badine pas avec le stress», de faire percevoir à l’encadrement le décalage entre la perception du stress et la réalité. L’objectif était également d’aborder un sujet dont on parle souvent, mais pas forcément en réunion plénière avec l’ensemble du personnel d’encadrement.

Et, en dernier lieu, après une représentation théâtrale somme toute assez grave, il nous importait de repartir sur une note d’optimisme et de «donner envie» à tous, malgré tout cela, de continuer et de chercher au quotidien nos petites ressources de bonheur au travail, celles dont nous n’avons pas forcément conscience quand nous sommes au cœur de l’action quotidienne.

Ces objectifs ont-ils été atteints ?

Je pense que les objectifs immédiats ont été atteints. Tous se sont sentis concernés et ont pu reconnaître des situations qu’ils ont eu à vivre. Un questionnaire de satisfaction a été lancé auprès des participants et j’attends la compilation des résultats. Mais les réactions spontanées à la sortie du séminaire ont été très positives. L’ « envie » était là et le fait même d’évoquer la question du stress a pu rassurer certains sur la conscience qu’a la Direction du quotidien de ses collaborateurs.

Comment avez-vous ressenti la pièce : « On ne badine pas avec le stress » ?

Je l’ai trouvée très adaptée à ce que nous connaissons au quotidien. Au travers des différentes situations, chacun pouvait se reconnaître et apprécier son propre positionnement, son propre décalage de perception par rapport à la réalité d’une situation.

Le registre était grave, parfois émouvant, mais toujours traité de manière juste et avec une certaine pointe d’humour.

Quelles ont été les réactions marquantes du public après la représentation ?

Beaucoup de collaborateurs se sont exprimés très naturellement avec les comédiens. L’échange a été facile, ce qui n’est pas toujours évident lors de réunions plénières d’une centaine de personnes.

De nombreux collaborateurs nous ont ensuite remerciés pour la qualité de cette journée. Une petite « ressource de bonheur » également pour les organisateurs …

Qu’a apporté l’interview du docteur Serge Marquis ?

Difficile de répondre à cette question précise après plusieurs semaines.

Cependant, je peux vous dire que quasiment tous les collaborateurs ont récupéré le document reprenant par écrit la totalité de l’interview.

Je crois que cette interview a permis de parler simplement d’un sujet qui peut être complexe sur le plan médical et psychologique.

Les éléments apportés par le docteur Marquis étaient très clairs, très « parlants » pour le public et permettaient, après une représentation théâtrale, d’aborder la question sous un angle plus technique et scientifique, mais toujours de manière très compréhensible pour l’auditoire.

Pour finir, sur la partie « débat », comment avez-vous évalué l’animation des comédiens formateurs et l’interactivité avec votre public ?

Je crois que l’alchimie s’est faite. Chacun s’est exprimé facilement, de manière toujours sereine. Nos collaborateurs ont osé parler, en toute franchise, du stress, de leur stress. Ils ont fini sur la recherche des éléments qui leur apportent du bonheur au travail.

Chacun a pu repartir sur une note d’optimisme, après avoir participé à une journée riche en informations et en échanges, sur des sujets pas toujours faciles.