En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

Choisir le théâtre pour animer une réunion de managers de proximité

Interview d'Hélène Larrouy, Directrice des services à la SNCF Direction Paris St Lazare, suite à cette réunion managériale.

L’objectif de cette réunion qui intervient 6 mois après la mise en place d’une nouvelle organisation est de valoriser les activités des managers de proximité et de les sensibiliser à l’impact de leur comportement managérial sur le fonctionnement de l’équipe.

Madame Larrouy, dans quel cadre avez-vous décidé de faire appel à Théâtre à la Carte ?

A la direction Paris St Lazare, les chefs d’équipe, qui managent 20 à 25 personnes, ont, comme dans toutes les entreprises de services et particulièrement à la SNCF (car le management y est difficile), un rôle crucial. De ce fait, nous avons décidé d’organiser deux fois par an des journées orientées entièrement vers eux, ayant pour objectif de les faire progresser de manière implicante et dynamique.

Arrivée pendant une réorganisation des contours de l’établissement, j’ai très vite trouvé que les chefs d’équipe devaient progresser sur leur posture de manager.

Huit mois après cette réorganisation, je me suis dit que c’était le moment idéal pour organiser une journée qui leur soit dédiée et qui vienne compléter la palette des actions entreprises vers eux.

Le public de cette journée était donc les chefs d’équipe et leurs encadrants (les N+1 et moi-même, leur N+2).

La journée était divisée en deux demi-journées :

  • une matinée, animée par les comédiens de Théâtre à la Carte, pour faire le point sur le métier de chef d’équipe : quelles difficultés rencontrent-ils ? Qu’attend-on d’eux en termes de posture ? Comment aller vers ce qu’on attend ?
  • une après-midi, pour prendre de la hauteur sur l’avenir de la SCNF, grâce à un film suivi d’un débat.

Pourquoi avoir choisi le théâtre pour animer cette réunion ?

Une de mes collègues avait déjà travaillé avec vous pour un autre service. Comme elle était convaincue de l’impact de vos interventions, nous vous avons naturellement contactés.

Le théâtre nous semblait être une bonne manière de faire exprimer aux chefs d’équipe ce qu’ils vivaient mais aussi de leur faire imaginer une « situation cible », une ambition… En effet, l’intérêt du théâtre est qu’il permet d’incarner ces ambitions par les gestes et les postures.

Comment avez-vous travaillé avec le scénariste, en amont de l’événement ? Quelles ont été les étapes de travail ?

J’ai tout d’abord rencontré Sophie Lallemand, chargée de projets, pour définir les contours du projet : objectifs, public cible, …

Puis, j’ai rencontré le scénariste, Francis Boulogne, pour préciser le contenu et le déroulé de l’après-midi. Il m’a fait parler du métier de chef d’équipe, des objectifs de la journée et de mes craintes (je ne voulais pas que les ateliers restent dans la tonalité de la plainte ; j’attendais d’eux une grande implication qui les dynamise, les motive). Nous avons opté pour la saynète déclencheur, suivie d’ateliers en sous-groupes et d’une restitution théâtrale mettant en scène les collaborateurs.

J’ai sélectionné 3 chefs d’équipe, aux profils et niveaux d’autonomie différents, que le scénariste a rencontrés. En évoquant leur quotidien, les différentes situations et problèmes rencontrés, il disposait de la matière nécessaire à l’écriture du scénario de la saynète déclencheur.

Ce scénario nous a ensuite été soumis pour validation.

Quel a été le déroulement concret de l’intervention ?

J’ai introduit la journée en présentant le déroulé et en précisant que nous avions choisi une forme d’intervention originale, grâce au témoignage que nous apporterait le conjoint d’un chef d’équipe. Ils ont tous été très tétanisés : quel conjoint allait bien pouvoir témoigner ?

Puis, l’effet surprise passé, ils ont vite compris qu’une saynète jouée par des comédiens était lancée !

Après cette saynète, nous les avons répartis en plusieurs sous-groupes, chacun animé par un comédien de Théâtre à la Carte. Mon idée était de les faire travailler sur un exercice de style, en utilisant le concept du super-héros : « si j’étais untel, je pourrais changer les choses », « si j’avais une baguette magique, je pourrais changer les choses »… L’objectif était de les faire parler de ce qu’ils vivent au quotidien (notamment des situations pénibles, critiques) pour construire un scénario présentant des solutions. Ce scénario était ensuite interprété par les chefs d’équipe et présenté devant l’ensemble des participants.

Comment ont réagi les collaborateurs lorsqu’ils ont dû se mettre en scène ? Que leur a apportés cette façon originale de restituer la réflexion des ateliers ?

Comme je le disais, l’effet surprise les a un peu tétanisés au début de la journée !

Mais très vite, l’ambiance s’est détendue ! Ils ont beaucoup ri pendant la saynète déclencheur et se sont beaucoup investis dans les ateliers. Chacun à leur manière et avec une énergie spécifique, les comédiens animateurs ont réussi à susciter l’implication des chefs d’équipe. Tous ont joué un rôle lors de la restitution, en se sentant globalement très à l’aise. Ils avaient dit ce qu’ils avaient à dire : dans le contenu de la restitution et la posture de l’acteur, beaucoup de choses ont émergé !

Au moment de la restitution, il y a également eu beaucoup de respect et d’écoute entre les groupes.

Quels impacts / réactions avez-vous mesurés suite à cet après-midi ? Et 3 mois après ?

Les réactions ont été très bonnes. Nous avons tous progressé dans notre vision du management et de ce qu’il fallait améliorer.

Aujourd’hui, nous pouvons faire le point sur ce qui a évolué et faire le tri parmi les différentes propositions qui avaient émergé lors de cette journée. C’est le moment de se lancer dans l’organisation d’une rencontre à J+6 mois pour mettre en place les solutions, de façon plus pérenne, à chaque niveau de management.

Nous souhaitons surtout travailler sur la question de l’initiative. Faire prendre conscience aux chefs d’équipe qu’ils doivent prendre des initiatives et en être fiers ! Ce qui n’est pas facile dans une organisation très soumise aux règles, qui n’encourage donc pas les initiatives (souvent interdites à cause de la sécurité). Nous sommes convaincus qu’il faut aller plus loin et développer le management de l’initiative.

Et si c’était à refaire…

Je renouvellerais l’expérience !

Par contre, je consacrerais une journée entière à votre intervention, en la découpant à nouveau en deux parties :

  • une matinée avec saynète déclencheur et ateliers en sous-groupes
  • une après-midi pour « sédimenter » la parole et prolonger le travail amorcé dans les sous-groupes. Par exemple, en travaillant sur les valeurs fondamentales, sur des slogans et des engagements émergeant de ce qu’ils auraient dit le matin…

Je crois beaucoup aux fils conducteurs, aux mots forts qui aident à fixer une idée ! Chacun (la direction ainsi que les chefs d’équipe) pourrait ainsi repartir avec des slogans à retenir et des engagements à tenir.