En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

Changement et réorganisation à La Poste !

Séminaire de lancement « Cap Relation Client »

Régis SIMONI, Directeur de la Communication, réunissait ses 31 chefs d’établissement et le Conseil de Direction pour un séminaire « Cap Relation Client » (CRC) portant sur la réorganisation.

Six mois plus tard, Monsieur Simoni répond à nos questions…

Monsieur Simoni, quels souvenirs marquants gardez-vous de notre intervention ?

Il y a eu beaucoup de grands moments…

Tout d’abord, la préparation avec la scénariste qui nous a obligés à être au clair sur ce que nous voulions précisément.

Mais au moment où, avec les participants, j’ai découvert les saynètes et combien elles sont représentatives de la réalité tout en gardant une distance grâce à l’humour, j’ai compris tout l’intérêt d’une telle préparation.

En quoi avons-nous contribué à l’atteinte de vos objectifs ?

Nous souhaitions avant tout marquer le changement par une rupture dans la méthode de présentation. La forme théâtrale était donc symbolique de l’ampleur des changements présentés dans les saynètes.

De plus, nous souhaitions que ces changements soient opérationnels rapidement. Il fallait donc aborder les choses par les émotions, plus que par le cerveau. Le théâtre nous a permis de montrer, de faire vivre le changement en le dédramatisant. La dimension « plaisir » avait aussi son importance.

Enfin, les ateliers ont permis à chacun de « jouer » le changement. L’impact en a été plus fort. D’ailleurs, à la fin du séminaire, les attentes étaient très fortes pour mener à bien la réorganisation. Nous avons été un peu pris de court…

Comment a réagi le public, d’un point de vue général ? En ce qui concerne les ateliers, comment les participants ont-ils réagi, participé ?

Les réactions ont été très favorables, même si tous étaient surpris par la justesse des propos et le jeu des comédiens. Les ateliers ont fortement marqué les mémoires. Pas un seul participant n’était à l’écart alors que leurs patrons étaient devant eux !

En terme d’impact, que pouvez vous dire avec plusieurs mois de recul ?

Les changements se sont traduits sur le terrain. Les chefs d’établissement ont pris les clés de la responsabilité sur le terrain et ce n’est que le début ! C’est un travail à poursuivre en permanence. L’engagement dans ce processus est long et irréversible. Même si l’impact est toujours difficile à évaluer, Théâtre à la Carte a marqué un point de départ très fort.

Si vous aviez à recommander Théâtre à la Carte, quels seraient vos arguments ?

La réactivité, le professionnalisme. Votre capacité à adapter, à comprendre notre problématique et à la restituer pour que la saynète fonctionne.

Enfin, le relationnel avec la scénariste a été vite concluant pour un travail en confiance. C’est important sur de pareilles manifestations.